pexels photo 3743542

Le code de la route s’applique-t-il aux deux-roues motorisés

Le code de la route s’applique à tous les usagers de la route, qu’ils soient en voiture, en moto ou en vélo.

Les deux-roues motorisés (2RM) ne sont pas exempts de règles et doivent donc respecter le code de la route.

Il est important pour tout conducteur d’être informé des règles qui régissent la circulation routière. Avant d’aborder les règles spécifiques aux 2RM, nous allons faire un petit tour d’horizon du code de la route général.

Qu’est-ce que le code de la route ?

Le code de la route est un ensemble de règles qui régissent le comportement des usagers sur les routes. Ces règles visent à assurer la sécurité des usagers et à favoriser l’harmonie entre tous les conducteurs. Elles sont destinées à prévenir les accidents, mais aussi à sanctionner ceux qui ne respectent pas ces règles.

Il existe une multitude d’infractions au code de la route : excès de vitesse, non-port du casque pour les motards, consommation d’alcool, défaut d’assurance ou encore conduite sans permis… Toutes ces infractions peuvent donner lieu à une verbalisation, une suspension ou une annulation du permis de conduire.

Il faut savoir qu’il existe différents types de sanctions en cas d’infraction au code de la route : La sanction administrative prononcée par le Préfet ou le Ministère Public (exemple : suspension du permis).

La sanction pénale prononcée par un juge pour certaines infractions graves (exemple : suspension du permis pendant 3 ans).

pexels photo 3743542

Qu’est-ce qu’un deux-roues motorisé ?

Un deux-roues motorisé (2RM) est un véhicule à moteur, qui peut être équipé de 2 roues ou 4 roues.

Il s’agit d’un véhicule qui se conduit sans permis, et dont le rapport poids/puissance n’est pas pris en compte lors des contrôles techniques obligatoires. Dans la majorité des cas, il s’agit d’une moto ou d’un scooter. Cependant un sidecar est aussi considéré comme un 2-roues motorisé, car cette machine permet de transporter une personne à bord en position assise. Un 3-roues est considérée comme étant une voiturette et non un 2-roues motorisé.

La plupart du temps, les motos et scooters ont une cylindrée supérieure à 50 cm3, soit 125 cm3.

Il existe plusieurs types de 2RM : – Les motos : c’est le type de véhicule le plus répandu sur les routes françaises. Elles peuvent être classés en fonction de la puissance qui est souvent exprimée en chevaux vapeur (ch). Par exemple pour les 125 cm3 on parle du «moteur à refroidissement par air» (air cooled), pour les 500 cm3 on parle du «moteur à refroidissement liquide» (liquid cooled), etc… Pour avoir une idée approximative sur la puissance d’une moto il suffit généralement d’additionner la cylindrée au nombre de chevaux vapeurs indiqués sur le certificat d’immatriculation (carte grise). Par exemple pour une 125cm3 on additionne 12 x 49 = 564 ch.

Le code de la route s’applique-t-il aux deux-roues motorisés ?

Selon la loi, le code de la route s’applique à tous les véhicules motorisés. Cependant, l’arrêté du 18 juin 1991 relatif aux conditions d’homologation des cyclomoteurs prévoit que pour circuler sur une voie ouverte à la circulation publique en agglomération, ils doivent être munis de feux avant et arrière, d’un avertisseur sonore, d’un dispositif réfléchissant situé à l’arrière et d’une plaque minéralogique réfléchissante.

La conduite des motocyclettes n’est pas soumise au port du casque. Par contre, les motos sans side-car doivent avoir un siège passager ou bien être équipée d’une barre de protection latérale permettant de fixer un enfant transporté sur une selle spéciale aménagée.

Pourquoi le code de la route s’applique-t-il aux deux-roues motorisés ?

L’utilisation d’un deux-roues motorisé (cyclomoteur, motocyclette ou tricycle à moteur) est soumise au respect du code de la route.

Il existe plusieurs catégories de véhicules qui sont soumis à des règles différentes.

Les cyclomoteurs sont les véhicules les plus utilisés pour effectuer des trajets urbains.

Ils peuvent être assimilés à une bicyclette et ne doivent pas dépasser 45 km/h. Si cette limite est dépassée, le conducteur devra obligatoirement porter un casque et possèder un permis B.

Les motocyclettes et les tricycles à moteur doivent également porter un casque lorsqu’ils font du sport sur circuit fermé ou sur une voie privée non ouverte à la circulation publique. Enfin, ils ne doivent pas dépasser 25 km/h en agglomération et 50 km/h hors agglomération. Ces valeurs peuvent varier en fonction de l’âge et du poids du conducteur. Pour ce qui concerne l’assurance automobile, le conducteur d’un cyclomoteur ou d’une motocyclette sera obligatoirement assuré avec une assurance individuelle « au tiers ». Cela signifie que sa responsabilité civile sera engagée en cas d’accident responsable avec un autre usager ou bien avec un piéton par exemple. Toutefois, il existe certains avantages intéressants pour ce type de véhicule : Le bonus / malus n’est pas appliquée aux cyclomoteurs, contrairement aux voitures ! Lorsqu’une personne possède plusieurs deux-roues motorisés (cyclo + scooter + moto), elles ne paient qu’une seule prime annuelle !

Quels sont les dangers de ne pas respecter le code de la route ?

Nous sommes tous conscients des dangers de la route. Cependant, il n’est pas toujours facile de respecter le code de la route et les règles de sécurité routière.

Les conducteurs qui ne se soucient pas du code de la route prennent régulièrement des risques. Si vous êtes l’un d’eux, vous risquez gros.

Le non-respect du code de la route est un délit qui peut se traduire par une suspension ou une annulation du permis de conduire pour une période allant jusqu’à cinq ans en fonction des circonstances dans lesquelles le conducteur a commis son infraction. Dans certains cas, cette sanction peut même conduire à l’emprisonnement du contrevenant.

Il existe différents types d’infractions au code de la route : Certaines entraînent une simple amende et quelques points retirés sur votre permis, alors que d’autres entraînent directement un retrait complet du permis (suspension) et peuvent parfois être accompagnées d’une peine d’emprisonnement (condamnation).

Il y a également les infractions graves comme l’homicide involontaire ou encore le délit de fuite… La liste est longue et il convient donc aux usagers à redoubler de vigilance sur les routes afin que chacun puisse rouler en toute sécurité.

Quels sont les amendes prévues en cas de non-respect du code de la route ?

Pour lutter contre la criminalité routière, le gouvernement a décidé de mettre en place un système d’amendes.

Le montant des amendes varie selon le type d’infraction commise. Dans tous les cas, ces amendes sont automatiquement appliquées par les forces de l’ordre.

Il n’est pas possible de les payer avant que la contravention ne soit envoyée chez vous.

Les infractions au code de la route qui peuvent être sanctionnées par une amende sont : Le non-respect des limitations de vitesse (hors agglomération) : Amende forfaitaire de 135 euros et retrait de 3 points sur le permis de conduire

Le franchissement d’un feu rouge ou orange : Amende forfaitaire de 35 euros et retrait d’1 point sur le permis de conduire

La circulation en sens interdit : Amende forfaitaire à 68 euros et retrait d’1 point sur le permis

L’usage du smartphone au volant : Amende forfaitaire à 135 euros et retrait d’1 point sur le permis

L’usage du téléphone portable : Amende forfaitaire à 135 euros et retrait d’1 point sur le permis

Le non-port du casque pour un conducteur ou passager : Amende forfaitaire à 135 euros et retrait d’1 point sur le permis

Les autres infractions sanctionnables par une amende sont notamment : L’utilisation du clignotant ; Le non-port des équipements réglementaires (gilet jaune, triangle.

Quelles sont les sanctions prévues en cas de non-respect du code de la route ?

Le code de la route est un ensemble d’articles régissant les droits et obligations des automobilistes en France. Si vous êtes nouvellement conducteur, sachez que le non-respect du code de la route peut conduire à une sanction pénale. En effet, plusieurs infractions au code de la route peuvent être sanctionnées par une contravention ou un délit.

Vous avez notamment l’automobiliste qui commet une infraction à droite sur la chaussée, celui qui roule sans permis de conduire ou encore celui qui conduit son véhicule malgré l’annulation du permis de conduire.

Les sanctions ne sont pas les mêmes pour chacune des infractions. Pour commettre une infraction mineure au code de la route, il suffit généralement d’avoir une amende forfaitaire minorée, c’est-à-dire quelques euros seulement. Par contre, si l’infraction est grave, le tribunal sera obligé de condamner l’automobiliste concerné à payer une amende plus élevée (jusqu’à 3 750 euros) et recevoir des points supplémentaires sur son permis (parfois jusqu’à 6 points).

Il convient donc d’être prudent avant de franchir la frontière entre le non-respect du code et les sanctions prévues afin d’assurer sa sécurité ainsi que celle des autres usagers.

Tout à fait, le code de la route s’applique aux deux-roues motorisés. Les réglementations concernant les motos et les scooters sont identiques. Il est donc important de respecter les règles du code de la route, comme pour tout autre véhicule.

A lire également